miel

Un peu d'histoire..............

Pendant des siècles, le miel a constitué le seul aliment sucré dont disposaient les hommes, d'où l'importance qu'on lui attachait. Même après que les Croisés aient rapporté d'Orient les premiers "roseaux miellés"-ainsi appelait'on autrefois la canne à sucre-le miel a conservé sa suprématie, jusqu'au XVII e siècle pour de simples raisons économiques.

Le miel a toujours été très utile pour adoucir les gorges enflammées, mais aussi pour soulager les brûlures et cicatriser les plaies. Cette dernière utilisation est aujourd'hui très répandue, surtout à l'étranger. En Angleterre, aux Etats-Unis et en Allemagne, le miel est couramment employé par les infirmières dans les dispensaires et les hôpitaux pour faire des pansements aux patients dont les plaies cicatrisent difficilement.

Il s'agit surtout de personnes en difficulté financière car l'autre atout du miel est son prix, il est beaucoup moins cher en effet que les produits antiseptiques utilisés pour faire les pansements. En France, le pionnier de l'utilisation du miel à vertu cicatrisante était le Pr. Bernard Descottes, aujourd'hui décédé, chirurgien viscéral du CHU de Limoges. Il avait réalisé une étude de cas sur 3.000 patients dont les plaies ont cicatrisé très rapidement et proprement grâce au miel. Aujourd'hui, quelques services hospitaliers suivent son exemple.

On utilise tout simplement du miel alimentaire qui semble satisfaire médecins et patients. Conservé au réfrigérateur et à usage unique, il est très sain d'un point de vue bactériologique. Néanmoins, un miel "médical", portant la mention CE, a été mis au point par une jeune start-up. Ses atouts : il a été récolté par des apiculteurs locaux et a été testé en laboratoire. Le bémol est son prix : il est en tout cas plus cher que le miel alimentaire.

Enfin, sachez que le miel est également utilisé dans les services de cancérologie de certains hôpitaux. Il peut en effet soulager la peau exposée aux rayons de la radiothérapie et la muqueuse de la bouche soumise aux effets secondaires de la chimiothérapie.

Le miel est un aliment très énergétique essentiellement composé de sucre… Mais il existe autant de miels qu'il existe de fleurs. Les variétés sont très nombreuses et leurs qualités nutritives sont très variables d'un pot à l'autre.

En Belgique, un laboratoire analyse (CARI) précisément les éléments contenus dans les miels.

Objectif : vérifier que ces miels sont conformes à la législation pour assurer la sécurité alimentaire du consommateur.

Butiner, récolter, construire… Au coeur de la ruche, elles bourdonnent d'activité. À pied d'oeuvre les abeilles fabriquent sans relâche un aliment aux vertus santé reconnues : le miel. Dans les laboratoires du Centre d'études techniques apicoles de Lorraine, qu'ils viennent de France ou du bout du monde, la composition et la qualité de cet or sucré sont passées au crible.

L'objectif des analyses est de déterminer les caractéristiques des miels monofloraux car le miel peut provenir d'une ou plusieurs fleurs. Mais ce qui le définit de façon immuable, c'est sa fabrication par les abeilles et la présence de deux ingrédients principaux (eau et sucres) sans autre ajout s'il est de bonne qualité.

Pour décrypter les spécificités du miel, le passage au microscope permet notamment de détecter la présence d'additifs et de toute substance susceptible d'altérer la composition du miel. La présence d'adjuvants potentiellement toxiques reste extrêmement rare mais principe de précaution oblige, cette analyse est très couramment pratiquée au laboratoire.

Autre manipulation cette fois très novatrice : la recherche de polyphénols dans le miel. Des molécules aux vertus antioxydantes que l'on trouve habituellement dans le vin, le café ou le chocolat. Ces polyphénols préviennent notamment la dégénérescence de nos cellules et les risques cardiovasculaires.

Outre le miel qu'on avale, il y a aussi le miel qu'on étale sur la peau pour cicatriser les plaies. À l'origine l'abeille génère une enzyme qui elle-même produit de l'eau oxygénée. Utilisé comme antiseptique, le miel s'avère efficace à condition d'être bien conservé entre 14 et 20°C maximum. Attention le miel ne se bonifie pas avec l'âge, mieux vaut respecter sa date limite de consommation.

"Le miel en ingestion per os (par la bouche) est très bon pour toutes les gênes pharyngées. Mais il y a une limitation très importante : il ne faut jamais donner du miel avant l'âge de un an. Avant l'âge de un an, le miel peut entraîner des proliférations au niveau du tube digestif de l'enfant qui n'est pas mature. Les abeilles prélèvent le miel sur les fleurs qui contiennent de la poussière. Elles prélèvent donc un tas d'éléments. Et parmi eux, deux sont dangereux : le clostridium botulinum, une bactérie qui quand elle passe dans un tube digestif immature, peut se multiplier et donner une toxine qui passe dans le sang et devient dangereux. Selon les données de l'Institut de veille sanitaire, il y a régulièrement des cas de botulisme chez l'enfant par ingestion de miel."

"On trouve dans le miel des flavonoïdes qui sont issus du pollen. Et les flavonoïdes sont des antibiotiques naturels."

"Pour qu'un antibiotique soit efficace, il faut une certaine dose et il faut qu'il agisse sur une bactérie. Le miel a trois grands effets. Le premier est un effet osmotique. Comme le miel est pauvre en eau, il va avoir tendance à absorber l'eau. Du coup le miel aura un effet sur les plaies et sur la gorge. Il va empêcher les germes de s'accrocher. Les germes vont alors glisser. Le deuxième effet du miel est un effet antibactérien, bactéricide. Si on met du miel sur des colonies de germes, elles ne se développent plus. Plusieurs études ont montré que sur des plaies infectées, avec des germes résistant aux antibiotiques de troisième génération, le miel pouvait favoriser la cicatrisation.

"Le troisième effet est celui des enzymes. Les enzymes de l'abeille vont pénétrer dans les cellules des bactéries et aller sur le génome de la bactérie. Elles vont alors détruire l'ADN des bactéries et les bactéries résistantes seront détruites."

"Le miel en ingestion per os (par la bouche) est très bon pour toutes les gênes pharyngées. Mais il y a une limitation très importante : il ne faut jamais donner du miel avant l'âge de un an. Avant l'âge de un an, le miel peut entraîner des proliférations au niveau du tube digestif de l'enfant qui n'est pas mature. Les abeilles prélèvent le miel sur les fleurs qui contiennent de la poussière. Elles prélèvent donc un tas d'éléments. Et parmi eux, deux sont dangereux : le clostridium botulinum, une bactérie qui quand elle passe dans un tube digestif immature, peut se multiplier et donner une toxine qui passe dans le sang et devient dangereux. Selon les données de l'Institut de veille sanitaire, il y a régulièrement des cas de botulisme chez l'enfant par ingestion de miel."

"On trouve dans le miel des flavonoïdes qui sont issus du pollen. Et les flavonoïdes sont des antibiotiques naturels."

"Pour qu'un antibiotique soit efficace, il faut une certaine dose et il faut qu'il agisse sur une bactérie. Le miel a trois grands effets. Le premier est un effet osmotique. Comme le miel est pauvre en eau, il va avoir tendance à absorber l'eau. Du coup le miel aura un effet sur les plaies et sur la gorge. Il va empêcher les germes de s'accrocher. Les germes vont alors glisser. Le deuxième effet du miel est un effet antibactérien, bactéricide. Si on met du miel sur des colonies de germes, elles ne se développent plus. Plusieurs études ont montré que sur des plaies infectées, avec des germes résistant aux antibiotiques de troisième génération, le miel pouvait favoriser la cicatrisation.

"Le troisième effet est celui des enzymes. Les enzymes de l'abeille vont pénétrer dans les cellules des bactéries et aller sur le génome de la bactérie. Elles vont alors détruire l'ADN des bactéries et les bactéries résistantes seront détruites."

"Le miel en ingestion per os (par la bouche) est très bon pour toutes les gênes pharyngées. Mais il y a une limitation très importante : il ne faut jamais donner du miel avant l'âge de un an. Avant l'âge de un an, le miel peut entraîner des proliférations au niveau du tube digestif de l'enfant qui n'est pas mature. Les abeilles prélèvent le miel sur les fleurs qui contiennent de la poussière. Elles prélèvent donc un tas d'éléments. Et parmi eux, deux sont dangereux : le clostridium botulinum, une bactérie qui quand elle passe dans un tube digestif immature, peut se multiplier et donner une toxine qui passe dans le sang et devient dangereux. Selon les données de l'Institut de veille sanitaire, il y a régulièrement des cas de botulisme chez l'enfant par ingestion de miel."

"On trouve dans le miel des flavonoïdes qui sont issus du pollen. Et les flavonoïdes sont des antibiotiques naturels."

"Pour qu'un antibiotique soit efficace, il faut une certaine dose et il faut qu'il agisse sur une bactérie. Le miel a trois grands effets. Le premier est un effet osmotique. Comme le miel est pauvre en eau, il va avoir tendance à absorber l'eau. Du coup le miel aura un effet sur les plaies et sur la gorge. Il va empêcher les germes de s'accrocher. Les germes vont alors glisser. Le deuxième effet du miel est un effet antibactérien, bactéricide. Si on met du miel sur des colonies de germes, elles ne se développent plus. Plusieurs études ont montré que sur des plaies infectées, avec des germes résistant aux antibiotiques de troisième génération, le miel pouvait favoriser la cicatrisation.

"Le troisième effet est celui des enzymes. Les enzymes de l'abeille vont pénétrer dans les cellules des bactéries et aller sur le génome de la bactérie. Elles vont alors détruire l'ADN des bactéries et les bactéries résistantes seront détruites."

Le MIEL, aliment de vie par excellence !!!

Le miel, produit 100% naturel, sans aucun additif ni conservateur, est un véritable concentré de bienfaits et dedouceurs ! Il est l’aliment de vie par excellence : sa consommation régulière renforcera votre organisme et aidera à compenser vos carences alimentaires. Il est composé de 75% de sucres simples (dont 70% de fructose et de glucose pour seulement 5% de saccharose), de 20% d’eau et de 5% de sels minéraux, de vitamines, d’oligo-éléments, de flavonoïdes (anti-oxydants) et de substances diverses.

Le miel a un pouvoir sucrant deux fois supérieur au sucre blanc en apportant moins de calories. De plus, parce qu’il contient peu de saccharose, le miel est beaucoup plus digeste que le sucre. On a donc tout intérêt à remplacer le sucre blanc raffiné industriel "classique" que nous consommons par du miel...

Le miel nous donne donc beaucoup d’énergie. Cette énergie est d’autant plus intéressante que le miel est directement assimilable (pas besoin d’attendre sa digestion). Le miel est particulièrement apprécié par les sportifs car il fortifie la musculature, améliore l’endurance et permet une bien meilleure récupération après l’effort.

Grâce à ses sels minéraux, le miel aide à la croissance. Il favorise la rétention du calcium et du magnésium et aide à combattre l'anémie en favorisant la production de globules rouges. C'est un aliment à privilégier chez les enfants à partir de un an, la consommation de miel étant en revanche déconseillée aux enfants de moins de 12 mois.

De par sa richesse en éléments biologiques, le miel augmente les capacités du système de défense immunitaire, renforçant ainsi la résistance de notre terrain dans sa lutte contre les agressions en général : sespropriétés antiseptiques et antibiotiques sont unanimement reconnues.

Cette richesse participe également à une action non négligeable de complémentarisation alimentaire palliant ainsi à de nombreuses micro-carences qui sont sources, à la longue, de troubles maladifs plus ou moins importants.

Chaque miel étant unique, ses vertus varient d’un type à un autre, en fonction de son origine (type de fleurs et de plantes dont il est issu). Ses propriétés thérapeutiques sont donc nombreuses et variées. Il serait trop fastidieux d’en dresser ici la liste pour chaque origine ; nous nous sommes donc limités à établir un résumé des propriétés communes à tous les miels :

PROPRIETES THERAPEUTIQUES COMMUNES A TOUS LES MIELS

ANTI-ANÉMIQUEQui combat l'anémie.

ANTISEPTIQUEQui détruit les microbes.

ANTITUSSIFQui a une action contre la toux.

APÉRITIVEQui stimule l'appétit.

DIGESTIVEQui aide à la digestion.

DIURÉTIQUEQui augmente la sécrétion de l'urine.

DYNAMOGÉNIQUEQui augmente la force et l'énergie.

ÉMOLLIENTEQui relâche, détend et amollit les tissus enflammés.

FÉBRIFUGEQui combat la fièvre.

LAXATIVEQui facilite le transit intestinal.

SÉDATIVEQui calme.

VICARIANTEQui supplée à la déficience.

Les bienfaits du MIEL sur la peau

Ses propriétés uniques et variées permettent notamment :

•d’hydrater la peau et les fibres capillaires grâce à sa richesse en sucre

•de protéger la peau contre le vieillissement précoce et de la rendre plus souple

•d’apaiser les peaux sensibles grâce à sa qualité anti-irritante

•d’aider à rajeunir la peau grâce à la quantité importante d’anti-oxydants que contient le miel

•de régénérer les cellules superficielles de la peau

•de nettoyer et de nourrir la peau

•de fortifier la peau grâce à ses propriétés antiseptiques

 

Et dire que la liste des vertus et propriétés énoncées ici ne constituent qu’un aperçu des bienfaits du miel sur notre organisme !

L’utilisation du miel remonte à la nuit des temps. On serait tenté d’utiliser automatiquement le miel pour se propriétés adoucissantes mais saviez vous que le miel contient des antioxydants qui aide à rajeunir la peau ? Et du peroxyde d’hydrogène qui en fait un bon nettoyant. Il contient de plus des propriétés humectantes terme très peu utilisé mais fort pertinent car le miel agit sur et sous la peau : sa richesse en sucre facilite la fixation des molécules d’eau qui protège la peau de la déshydratation en lui conservant sa souplesse et sa douceur. Bourré de substances minérales, vitamines et acides aminés, le miel adoucit, tonifie et nourrit la peau. Régénérerait les cellules superficielles, de la peau, en la nourrissant et en activant sa microcirculation et en l’hydratant. A mesure que la peau vieillit ou qu’elle est exposée au stress de l’environnement et d’agents chimiques, elle perd de sa capacité à retenir l’eau. Elle devient sèche et commence à rider. Les propriétés naturelles hydratantes du miel en font un ingrédient de choix. Des chercheurs ont démontré que le miel contient une grande quantité d’antioxydants. Les antioxydants jouent un rôle très important dans la protection contre les dommages causés par les rayons UV et aide à la régénération de la peau. Produit 100% naturel, sans aucun additif ni conservateur le miel est un concentré de bienfaits et de douceur : composé d’environ 75% de sucre simple (fructose et glucose pour 70%, saccharose seulement 5% contre 100% pour le sucre blanc) facilement assimilé par l’organisme) il augmente l’endurance et favorise la récupération chez les personnes actives et les sportifs. Le miel a un pouvoir sucrant deux fois plus important que le sucre mais apporte moins de calories . On aurait donc tout intérêt à remplacer le saccharose raffiné, dévitalisé et blanchie( le sucre blanc industriel classique) que nous consommons tous , par du miel. Le miel a toujours été reconnu comme une source de longévité, il possède un pouvoir cicatrisant en application externe

• le miel, grâce à ses sels minéraux, aide à la croissance en favorisant la rétention du calcium et du magnésium et aide à combattre l’anémie en favorisant la production de globules rouges. C’est ainsi un aliment à prévilègier chez les enfants

• Le miel a aussi des propriétés anti bactériennes, anti- anémiques, anti-toxiques, antiseptiques, antibiotiques, régénératrices, rééquilibrantes, reminéralisantes et anti-stress.

• Le miel est l’aliment de vie par excellence ! une consommation régulière de miel (environ 40gr par jour) renforce l’organisme et aide à compenser les carences alimentaires. Hippocrate, le père de la médecine (46.377 av. JC), utilisait le miel pour la confection de nombreux médicaments …..

• Le miel a un usage thérapeutique efficace :

• Pour tuer les bactéries,

• Pour calmer les nerfs et faciliter l’endormissement,

• Pour cicatriser les plaies externes,

• Contre les inflammations de l’estomac et de l’intestin,

• Contre les maladies de bronches

• Contre la diarrhée

La cure de pollen est recommandée en cas de :

• Fatigue générale,

• Insuffisance des défenses immunitaires,

• Travail prolongé sur écran (pour fortifier la vue)

• Anémie (carence en fer)

• Troubles du sommeil

• Troubles hépatiques (le pollen aide à éliminer les toxines du foie et réduit le cholestérol)

• Diabète

• Troubles intestinaux, (diarrhée ou constipation)

• Hypotension

• Allergies,

• Rhumatismes

• Trouble de la prostate